Madame Henriette Steinberg, présidente du Secours populaire français, et les galeries partenaires ont l’honneur de vous inviter à l’exposition

Beirut 6.06 p.m

par l’artiste plasticienne

Naïade Delapierre

 

avec la participation exceptionnelle de

Wajdi Mouawad

Via une captation d’une allocution

 

APRES LES SUCCES DE TOULOUSE ET PARIS, VENEZ NOMBREUX POUR

ARLES

Du 5 Juillet à fin août 2022

Durant le festival international de la photo

Galerie BISOUS 33 Rue de la République, 13200 Arles

https: www.instagram.com/bisousarles/?hl=fr 

MARRAKECH

Mai 2022

PokeSpace Gallery
Emerging Business Factory

61, Quartier Industriel Sidi Ghanem 40000, Maroc

Emerging Business Factory

BEYROUTH (galerie Mark Hachem ) et DAKAR: dates à venir

 

« S’ils parviennent à faire éclore la joie dans ce pays et lui redonner sa force de vie et de liberté, ce sera parce que nous n’aurons pas entièrement baissé les bras. » Wajdi Mouawad

« Installation à la fois silencieuse et assourdissante « Beyrouth 6 p.m. » de Naïade Delapierre, une jeune artiste qui unit dans son travail arts plastiques et danse. Un silence qui s’impose pour reprendre son souffle face à la violence de la situation, pour se recueillir, et pour plonger en soi afin de trouver l’énergie nécessaire pour se relever. » Annie Suret

« Projection disloquée et réfléchie par des miroirs et des éclats de verre éparpillés, donnant à chaque reflet la sensation d’être une bribe d’un «souvenir collectif» de cet évènement. » Naïade

 

« Franco-libanaise, Naïade Delapierre est le fruit de l’union de l’Orient et de l’Occident. C’est ici un petit bout d’elle-même qu’elle nous livre, une parcelle de son identité libanaise transmise par sa mère la chorégraphe Lamia Safieddine. Cette installation est comme un manifeste qui crie sa volonté de conscientiser les gens à l’importance du drame que vivent les libanais et d’éveiller les consciences sur l’histoire tumultueuse du Liban. Son travail est aussi une façon de s’approprier l’Histoire et de la questionner pour tenter de lui donner sens. » Annie Suret Historienne de l’art — Conférencière à l’IMA

 

4 août 2020, 18h06, le port de Beyrouth au Liban subit la plus terrible explosion de l’Histoire, après celles d’Hiroshima et de Nagasaki. Le pays s’effondre.

A travers son art, la franco-libanaise Naïade Delapierre tend à mettre en lumière cette réalité “explosive”, celle d’un pays meurtri et qui sombre dans une crise multiple (politique, économique, financière et sociale).

Les installations de l’artiste plasticienne alliant verres brisés, papiers pliés, déchirés, vidéos et documents audio, sont nées à la suite de cette dernière tragédie et aux drames successifs du Liban. Son exposition “Beirut 6.06 pm.” présente un ensemble d’installations, toutes liées aux différents drames qui ont heurté l’histoire du pays et qui affaiblissent les Libanais de jour en jour. Ainsi, quand le verre brisé des installations “Beirut 6.06 pm.” et “04.08.2020” évoque la puissance dévastatrice de la déflagration (et les traumatismes qui y sont liés), il ne manque pas de faire remonter à la surface les souvenirs douloureux des multiples bombardements israéliens sur le Liban depuis 1967, évoqués par les 5 000 avions de papier dans l’une son éloquente création “T’as vu l’avion“.

Des installations et des œuvres plastiques pour venir en aide à un pays et son peuple en mobilisant les citoyens. Pour cela, cette exposition tournera pendant plus d’un an, dans plusieurs villes en France (Arles, Paris, Toulouse…) mais aussi à l’international (Beyrouth, Casablanca, Dakar, Marrakech…). De nouvelles villes rejoignent le projet. L’exposition aura lieu en avant-première à Toulouse à l’Espace “L’Immovation“ – 45 rue de la République – du 22 au 26 mars 2022 !

Tous les dons de cette exposition seront reversés au Secours populaire français qui ne cesse, depuis de nombreuses années, de réaliser un travail très important sur le terrain, auprès des plus démunis. Ses actions de solidarité se sont accentuées encore depuis la dernière explosion avec son partenaire libanais DPNA (Development For People And Nature Association) qui poursuit la solidarité sur place auprès de la population des plus démunis au Liban.

A cette occasion, Wajdi Mouawad, directeur du théâtre national de La Colline (Paris) et surtout l’un des plus grands dramaturges et metteurs en scène contemporains, nous fait l’honneur de participer à l’exposition avec le film de son allocution à l’Institut du Monde Arabe, tourné au lendemain de l’explosion de Beyrouth.

Diplômée des Beaux Arts de Toulouse, cette jeune artiste mêle subtilement arts plastiques et danse dans son travail. C’est ici un petit bout d’elle-même qu’elle nous livre, avec une grande maturité, une parcelle de son identité libanaise, transmise par sa mère danseuse et chorégraphe Lamia Safieddine.

 

Avec la collaboration de Morad Montazami, directeur de Zamân Books & Curating : https://zamanbc.com/

Responsable de la tournée de l’exposition : Lamia Safieddine

Responsable technico-artistique : Doumé Delapierre

Communication : Pauline CotteCommunication Beirut 6.06pm – +33681422700